Biographie de Ieoh Ming Pei, le plus grand représentant du style international

Ieoh Ming Pei, architecte né en Chine, à Guangzhou (Canton), puis naturalisé aux États-Unis, a remporté le prix Pritzker, mais bien d’autres prix ont jalonné sa longue carrière.

le fils d’un riche banquier a déménagé aux États-Unis alors qu’il n’avait que 18 ans et c’est là qu’il a obtenu son diplôme du MIT, puis de la Harvard Graduate School of Design, où il a étudié Gropius et Breur.

Ensuit, il vit avec sa famille à Boston dans ce qui fut la maison du célèbre architecte américain Walter Gropius.

Il a obtenu la citoyenneté dans ce qui est devenu son pays d’adoption, puis il a ouvert son premier studio personnel à New York, le fameux I. M. Pei

L’entreprise est surtout connue pour ses plans de rénovation urbaine pour les grandes villes américaines telles que Philadelphie et Chicago.

À l’âge de 86 ans, avant de prendre sa retraite, il a été chargé par son pays natal de concevoir un musée d’art moderne à Suzhou, qu’il a construit conformément aux traditions de construction locales, bien qu’en utilisant des matériaux technologiquement avancés.

Architecture et œuvres de Ieoh Ming Pei

Ieoh Ming Pei est l’un des architectes qui ont marqué le XXe siècle et est le plus grand représentant du style international.

Ses œuvres se caractérisent par une rigueur géométrique et une attention à la perfection des détails exécutifs.

Tout en mettant la forme au service de la fonction, Pei ne renonce pas à une expressivité chargée de significations symboliques. Dans ses projets, l’utilisation de matériaux tels que la pierre, le béton, le verre, l’acier est très importante.

De sa remarquable production, composée d’environ 170 projets et de plus de 50 masterplans, on peut citer les œuvres les plus significatives :

La Pyramide du Louvre

L’œuvre la plus célèbre de l’architecte sino-américain est probablement la « Pyramide du Louvre », qui sert aujourd’hui d’entrée monumentale au musée.

Le projet de la pyramide, fortement opposé par l’opinion publique française comme cela avait été le cas pour le Beaubourg, était au contraire obstinément voulu par le président Mitterrand de l’époque, qui demanda de réaménager l’espace destiné à l’accueil du célèbre musée parisien, en le rendant plus fonctionnel.

L’intention était de concevoir un espace qui serait l’expression d’une architecture d’avant-garde, mais qui en même temps se lierait harmonieusement avec l’ancien bâtiment, construit par Philippe Auguste comme bastion défensif de la ville et réutilisé comme musée seulement dans les siècles suivants.

La pyramide, disposée dans la Cour Napoléonienne, la cour intérieure du Louvre, recouvre l’entrée souterraine du musée, où l’on trouve, outre la billetterie, des boutiques de toutes sortes, des librairies, des buvettes et un auditorium dont elle représente une extension en surface.

Voulant la décrire avec des mots simples, la pyramide est une sorte de grande lucarne de 20 mètres de haut, faite d’environ 200 tonnes d’aluminium et d’acier inoxydable mis en tension avec des losanges de verre.

Les feuilles de verre sont fixées à la structure métallique au moyen d’éléments spéciaux en forme d' »araignée » qui ont été utilisés depuis 1989, année de l’inauguration des travaux, pour créer des structures similaires.

La pyramide du Louvre et les symboles ésotériques

Les notes de « couleur » ne manquent pas autour de cette œuvre, dont la forme rappelle celle des anciens monuments funéraires égyptiens et est fréquemment associée à des symboles ésotériques.

Selon une légende métropolitaine très répandue, la forme pyramidale serait un symbole maçonnique et c’est pour cette raison qu’elle a été appréciée par Mitterrand ; selon une autre rumeur, les losanges vitrés seraient exactement 666, nombre lié dans l’Apocalypse à Satan ; mais les plaques sont au contraire 673.

En fait, la forme géométrique choisie est beaucoup plus liée au style typique de Ieoh Ming Pei, qui utilisait fréquemment des formes géométriques « pures » telles que le prisme et le cube dans ses projets, dépourvus de décorations et réalisés avec des matériaux froids comme l’acier, le verre et le béton.